Torture, quelques témoignages

Robert Marquant :

 

Dans la nuit du 14 au 15 mars 1944, Robert Marquant est arrêté, avec un autre résistant, Jean-Maurice Andrieux, suite à la dénonciation de Marcel le C. , un collaborateur infiltré.

« J'ai été interrogé, matraqué pendant des semaines. A la prison, chaque jour à 18h, on avait l'angoisse de partir à la Gestapo. Geissler menait ses interrogatoires avec Clara Knecht, sa maîtresse, une interprète alsacienne. Une véritable « Klaus Barbie » au féminin, sadique...c'était elle qui dirigeait les interrogatoires ».

 

Abbé Péan :

 

L'abbé Péan, curé de Draché, est arrêté le 13 février 1944 et remis à la Gestapo. Il est emmené à la prison de Tours et y est torturé à mort. Il meurt le 28 février 1944 sans avoir dénoncé ses camarades.

Clara Knecht dira un jour de vantardise : « C'est moi qui ai « crevé » l'abbé Péan »

Monsieur Maillé :

 

Monsieur Maillé a témoigné de son parcours de résistant et de déporté auprès de nos camarades aux côtés de Floréal Barrier.

Lui aussi a été emprisonné et torturé au siège de la Gestapo de Tours. Il a été ensuite déporté dans plusieurs camps de concentration, dont Auschwitz où il a été tatoué d'un matricule d'identification.

 

Raymond Lucier :

 

Résistant originaire de Savigné-sur-Lathan, il est arrêté car dénoncé et conduit au siège de la Gestapo le 12 juillet 1943.

Il y a été torturé, fouetté avec un nerf de bœuf tressé, attaché et suspendu. La plante de ses pieds a été brulé avec un thermocautère.

Ces tortues ont été répétées et nombreuses.

L’abbé Péan